Nos inventions

Tout plein de chansons en écoute libre gratuite et obligatoire dans les pages qui suivent. C'est ma tournée !

premier album
premier album

 

 

 

 

 

En 1989, nous enregistrons ceci.

Alors qu'à l'époque tout le monde semble avoir compris que le CD est le support de l'avenir, je publie en vinyle ce Tango Chevalin.

J'en ai encore deux armoires pleines chez moi.

Pour la pochette de ce disque (c'est notre deuxième album), je fais le malin dans un arbre avec une machine à écrire sur les genoux....

La photo suivante est moins jolie.

Quand je me suis réveillé à l'hôpital et que les copains m'ont expliqué, je peux vous dire que j'étais furieux et que ce p... de tilleul a été abattu vite fait et débité en bois de chauffage.

J'en ai encore deux stères chez moi.

C'est le troisième et le plus gros coup du labo.

La pochette est en bois de tilleul, c'est l'intérêt majeur de cet album.

Tout plein de musiciens sont venus travailler sur cet enregistrement qui nous a coûté très cher.  Ce fut une catastrophe financière mais une très belle aventure humaine. Nous sommes tous restés très proches (deux musiciens vivent toujours chez moi depuis).

Ce quatrième album a été conçu essentiellement pour pouvoir enregistrer le cinquième. Nous l'avons fabriqué entièrement à la maison.

Je signale qu'il y a une faute d'orthogaphe sur la pochette. En effet on doit écrire treize chansons et demie.

Ce n'est pas le tout de faire le malin encore faudrait-il se rellirent.

C'est le cinquième album, que j'appelle aussi l'album de la ruine.

C'est certainement le plus personnel. On y reconnaît tout le côté débraillé et approximitif des productions du labo, mais poussé à sa quintescence (cinquième album,cinquième essence...*).

Réalisé sur un mini disque huit pistes, il est difficilement écoutable par un être humain normal.

Du coup, ça fait le tri.

 

*espèce de pédant !

Là, c'est le sixième album. Il est enregistré en public. On pensait que c'était une bonne idée pour traduire le côté vivant et sans façon du spectacle.

Pourquoi aller enregistrer en Inde ? Les éléphants peut-être ? Public charmant et bigarré mais très sur son quant à soi. Nous avons donc ajouté des rires enregistrés. Déontologiquement parlant ça n'est pas joli joli... 

Je me demande ce que nous allons trouver pour le septième album...

Au travail les gars du labo !